RSS articles
Français  |  Nederlands
Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Ethique.s

Les cartes du monde se sont bousculé profondément. J’aimerais par ceci faire preuve, aligner et éclaircir ou je voit et sent les nécessaires outils et schismes qui tiennent la ligne du fond.

Là Percée de Boltzmann
"Whitehead à écrit « The clash of doctrines is not a disaster, it is an opportunity. » Si cela est vrai, l’histoire des sciences a connu peu d’occasion aussi prometteuses, car le heurt apparaît massif : deux mondes s’affrontent, qui n’ont semble-t-il rien en commun." (Prigogine et Stenghers, La Nouvelle Alliance, p 269)

ce qui est du lieu.

Les ‘nomades’, ‘autonomes’, ‘résistants’, ‘squattereuses’, ‘occupantes’, ‘libre.s’, ‘peuples avenir.s’ éprouvent leurs réalités dans des collectifs, des lieux en luttes, des territoires en résistance. Ici naît la possible acte de résistance. (cf. Foucault-introduction a l’anti-oedipe1)
La première question : comment produire du lieu, comment tenir un lieu, comment résister, comment produire de l’entraide immanent et aller vers l’autonomie. Comment être un lieu et affirmer l’objet terre ?
« c’est la terre qui se déterritorialise elle-même, de telle manière que le nomade y trouve une territoire. La terre cesse d’être terre, et tend a devenir simple sol ou support. La terre ne se déterritorialise pas dans son mouvement global et relatif, mais dans des lieux précis, là même ou la foret recule et ou la steppe et le désert gagne » (M.P. p 473)
« C’est en ce sens que le nomade n’a pas de points, de trajets, ni de terre, bien qu‘il en ait de toute évidence. Si le nomade peut être le déterritorialisé par excellence, c’est justement parce que la réterritorialisation ne se fait pas après comme chez le migrant, ni sur autre chose comme chez le sédentaire (en effet, le sédentaire a un rapport avec la terre médiatisée par autre chose, régime de propriété, appareil d’État, …). Pour le nomade, au contraire, ce rapport , c’est la déterritorialisation qui constitue le rapport a la terre, si bien qu’il se réterritorialise sur la déterritorialisation même. » (M.P. p 473)
J’aimerai faire part d’une évidence que nous, celleux qui font vivre ces lieux font part du détermination et du courage, de la volonté de puissance et du bravoure, a nourrir des débats, a faire preuve d’une militance joyeux, et que on se fait discréditer par une police (secret ou pas) qui nous représente comme des “malfaiteurs” et que-sait-je- qui nous discrédite auprès de la populace pour des raisons de la maniement de la désinformation généralisée, la méfiance, l’instauration des abus de pouvoir, liberticide,... et faisons preuve du bon sens : structurellement raciste et sexiste, (n’en parlons par de la psychologie des drones). D’où le soupir de Prigogine et Stenghers : « combien de outils technologique vont ils encore inventer pour nous surveiller, et ...? » Ce qui discrédite par la suite la volonté de démocratie, paix, et liberté, et nous pousse a trouver un modèle viable pour cela.
« Et, en effet, ce que ce nouveau développement de la physique nous mène a mette en cause n’est autre que la généralité de que nous avons appelé le « principe de l’ordre Boltzmann », a savoir, évidence de bon sens selon laquelle l’activité moyenne d’une population nombreuse correspond au nivellement des comportements individuels. Loin de équilibre, un régime de fonctionnement peut ressembler a une organisation parce qu’il résulte d’une amplification d’une déviation microscopique qui, au « bon moment » a privilégié une voie réactionnelle au détriment d’autres voies également possibles. Les comportements individuelles, peuvent donc, en certaines circonstances, jouer un rôle décisif. (p. 237. La Nouvelle Alliance. Prigogine et Stenghers)
Stenghers et Prigogine qui decrivent, par des observances dans un labo, combiné avec une certaine lecture engagé des sciences, et d’une façon abstrait et concret, l’incapacité ressenti de résister, le sentiment de ‘noyer’ et les façons dont certaines peuvent « jouer un rôle décisif ». Me rappelle d’un adage de Margeret Mead « a small group of engaged people can change the world ».
On reviendra plus loin sur le contre-coup de “la machine” de guerre et comment elle est réapproprié par les états et les armée, et comment a se jour, a pris une tournure qui nous mène droit dans le mur. (Cf. Mega-Machine) Ici j’aimerai d’abord éclaircir comment nos individualités (cf. aussi le flyer de Foucault) sont des productions de subjectivité innovateurs et plurielles -multiples-).
« Or, les subjectivations, les conjonctions, les appropriations n’empêchent pas les flux décodés de continuer a couler, et d’engendrer sans cesse de nouveau flux qui s’échappent (nous avons vu par exemple, au niveau d’une micropolitique au Moyen Age). C’est même l’équivoque de ces appareils : à la fois ils ne fonctionnent que avec des flux décodés, et pourtant ne laissent pas concourir ensemble, opère les conjonctions topiques qui valent concourir ensemble, opère les conjonctions topiques qui valent pour autant de nœuds ou recodages ». (M.P. p 564)
Sur la page 494, Deleuze fait part de « Et, dans les autres cas, ils renvoient aux conditions sous lesquelles les appareils d’État s’approprient la machine de guerre, notamment en aménageant une espace strié ou les forces adverses peuvent s’équilibrer. » et au contraire, de ces analyses dissequantes de que est la vitesse d’une balle et la mort d’un soldat immobilisée, ou l’état catatonique d’un patient, ceci continue, de notre joies : « Dans l’action libre, c’est la manière dont les élément du corps s’échappent a la gravitation pour occuper absolument un espace non ponctué. Les armes et leur maniement semblent se rapporter à une modèle d’action libre, autant que les outils a un modèle de travail. »
Et ici, rentrent en jeux les créateurs de modèles pour le dire ‘oui’, affirmative et libérateur. On en voit des esquisse, des tentatives, je dois pas vous faire un revue des médias, des terres en luttes ou des guerres en cours.

ce qui est de la lutte

« Il est vrai que les armes de jet, à strictement parler, projetées ou projetantes, ne sont qu’une espèce parmi d’autres ; mais même les armes de main exigent un autre usage de la main et du bras que les outils, un usage projectif dont témoignent les arts martiaux. L’outil, au contraire serait beaucoup plus introceptif, introjectif : il prépare une matière à distance pour l’amener à un état d’équilibre ou l’approprier a une forme d’intériorité. ... La machine de guerre dégage un vecteur propre de vitesse, au point qu’il lui faut un nom spécial, qui n’est pas seulement pouvoir de destruction mais « dromocracy = nomos) » (M.P. p 494 : L’existence nomade a pour « affects » les armes d’une machine de guerre, et, économie de la violence n’est pas celle du chasseur dans l’éleveur, mais celle de l’animal chassé.)2
Ici se joue une question fondamentale de la ‘construction de subjectivité’ proposé par nos modèles. Y compris celleux qui luttent avec les animaux pour la justesse et la fin de abrutissement de l’autre animale. Recoupons avec une question fondateur de l’Etat, ces scientifiques, et les ‘sédentaires’ considèrent la violence ‘naturelle’.
« Mais, justement, la police d’État ou violence de droit est encore différente, puisqu’elle consiste à capturer, tout en constituant un droit de capture. C’est une violence structurelle, incorporée, qui s’oppose a toutes les violence directes. » Antérieurement, Foucault, avec ses jurons de raciste ! Sexiste ! Homophobe ! Était renvoyé a la case du départ, de nos jours ceci a changé. « C’est pourquoi aussi, a l’inverse de la violence primitive, la violence de droit ou d’État semble toujours se présupposer, puisqu’elle préexiste à son propre exercice : l’État peut alors dire que la violence est « originelle » simple phénomène de nature, et qu’il n’en est pas responsable, lui qui n’exerce la violence que contre les violents, contre les « criminels » - contre les primitifs, contre les nomades, pour faire régner la paix …. » (M .P. p 561)
Et tous ce qui peut leurs etre renvoyé comme injures par le sens commun peuvent ce refuser aussi simplement que évidant, qui prennent un temps énormes dans maintes de nos vies : si ça soit croire ou faire semblant de croire à l’État, l’administration, les banques et leurs intérêts, remplir ces papier ‘irait-je pas aller travailler’, le soutien juridique et ‘l’anti-rep’. De là les conclusion sont longues à acheminer.
« ... il y a longtemps qu’il s’est transformé dans une tout autre personnage : le militaire. Et l’ouvrier même a subi tant de mésaventures... Mais pourtant, des hommes de guerre renaissent, avec beaucoup d’ambiguïté : ce sont tous ceux qui savent l’inutilité de la violence, mais qui sont en adjacence avec une machine de guerre a recréer, de riposte active et révolutionnaire. Des ouvrier renaissent aussi, qui ne croient pas au travail, mais en adjacence avec une machine de travail a récréer, de résistance active et de libération technologique. Il ne ressuscitent pas de vieux mythes ou des figures archaïques »... « Une sombre caricature les devance déjà, le mercenaire ou l’instructeur militaire mobile, et le technocrate ou analyste transhumant, C.I.A. et I.B.M. Mais une figure transhistorique doit se défendre préétablies, anticipatrices. « On ne revient pas en arrière pour reconquérir le mythe, on rencontre à nouveau, quand le temps tremble jusqu’en ses bases sous l’empire de l’extrême danger » (M.P. 502)
Et au contraire a ce que l’homme néolibérale ‘sans-ame’, ‘Atuush’, le fasciste ‘cas très spécial d’un Etat suicidaire’, ou encore le Mega-Machine tyrannique qui puissent se sentir invincible. Nous avons des forces et des puissances redoutables , et en feront preuve a ce que le temps….
« L’unité numérique nomade est le feu ambulant, non pas la tente, trop immobilière encore : « le feu l’emporte sur la yourte » Le nombre nombrant n’est plus subordonné à des déterminations métriques ou à des dimensions géométriques, il est seulement dans un rapport dynamique avec des directions géographiques. … Le nombre nombrant, nomade ou de guerre, a un premier caractère : il est toujours complexe, c’est- a-dire articulé. Complexe de nombres à chaque fois. … La composition numérique, ou le nombre nombrant, implique donc plusieurs opérations : arithmétisation d’ensembles de départ (les lignages) ; réunion des sous-ensembles extraits (constitutions des dizaines, centaines, etc.) ; formation par substitution d’un autre ensemble en correspondance avec l’ensemble réuni (le corps spécial). …. c’est au contraire le caprice possible du chef de guerre qui s’explique par l’existence et la nécessité objectives de ce corps numérique spécial, de se Chiffre qui ne vaut que par un nomos. » Plus ou moins là rejoignons nous le cri de George Bataille : « un jour nous serons le peuple élu. »
J’aimerai vous proposer des outils ; d’abord, la distinction entre anormal et anomal. Pour clôturer avec le cauchemar du pouvoir total et ça défaillance.
« Bref, tout Animal a son Anomal. Entendons : tout animal pris dans sa meute ou sa multiplicité a son anomal. On a pu remarquer que le mot « anomal » adjectif tombé en désuétude, avait une origine très différente de « anormal » : a-normal, adjectif latin sans substantif, qualifie ce qui n’a pas de règle ou ce qui contredit la règle, tandis que « an-omalie », substantif grec qui a perdue son adjectif, désigne l’inégal, le rugueux, l’aspérité, la pointe de déterritorialisation. [ailleurs aussi le schiz : la limite] L’anormal ne peut se définir qu’en fonction de caractères, spécifiques ou génériques ; mais l’anomal est une position ou un ensemble de positions par apport a une multiplicité. … C’est évident que l’anomal n’est pas simplement un individu exceptionnel, ce qui le ramènerait à l’animal familial … Ni individu ni espèce, qu’est-ce que l’anomal ? C’est un phénomène, mais un phénomène de bordure … Les sorciers ont toujours eu la position anomale, à la frontière des champs ou des bois. … L’important, c’est leur affinité avec l’alliance, avec le pacte … » Ce dont il y en a qu’une aujourd’hui, et ce qui fait partie des groupements avenir. « Lovecraft appelle Outsider cette chose ou entité, la Chose, qui arrive et dépasse par le bord, linéaire et pourtant multiple, « grouillante, bouillonnante, houleuse, écumante, s’entendant comme une maladie infectieuse, cette horreur sans nom. » (M.P. 298-299)
« Il y a un goût schizophrénique de l’outil, qui le fait passer du travail a l’action libre, un goût schizophrénique de l’arme qui le fait passer en moyen de paix, d’avoir la paix. A la fois une riposte et une résistance. ... Junger .... le portrait du « rebelle » comme figure transhistorique, entraînant l’Ouvrier d’une part, le Soldat d’autre part, sur une ligne de fuite commune, ou l’on dit à la fois « je quête une arme » et « je cherche un outil ». (M.P. p 501)
En alliant la juste injonction posé par une maladie infectieuse, des nouvelles questions, des nouvelles réponses, des créations de qualité, les vécues et énonciations des devenirs minoritaires, les injonctions reçue et le schisme qui opère ‘The clash of doctrines’ et « les deux mondes qui s’affrontent » nommé au-dessus et se profile assez clairement et d’une façon pressante ces dernier temps.
Avant de avancer sur la difficulté en contré a arracher des axiomes a des machines de capture, et son équivoque anéantissement d’un peuple, j’aimerai noter un petit point qui relève le travailleurs municipaux et les effets de la réappropriation de la machine de guerre par l’État ne font que songer du meilleurs des mondes. La question posé par Childe, analyse des Etats égéens et occidentaux « seront pris dès le début dans un système économique supra-national : ils baignent dedans, au lieu de le maintenir dans les limites de leurs propres mailles. C’est bien un autre pole de l’État qui surgit, et qu’on peut définir sommairement. La sphère publique ne caractérise plus la nature objective de la propriété, mais est plutôt le moyen commun d’une appropriation devenue privée ; on entre ainsi dans les mixtes public privée qui constituent le monde moderne. Le lien devient personnel ;des rapports personnels de dépendance, à la fois entre propriétaires (contrats), et entre propriétés et propriétaires (conventions), doublent ou remplacent les relation communautaires et de fonction ; même l’esclavage ne définit plus la disposition publique du travailleur communal, mais la propriété privé qui s’exerce sur les travailleurs individuels. » Des itérations des cauchemars des mega-machines sont maintes dans ces passages et on quête des alliés (albeit ambiguë) dans ces luttes politiques sur ce plan là.34

ce qui est en cours

« La puissance des minorités ne se mesure pas à leur capacité d’entrer et de s’imposer dans le système majoritaire, ni même de renverser le critère nécessairement tautologique de la majorité, mais de faire valoir une force des ensembles non dénombrables, même infinis, même renversés ou changés, même impliquant de nouveaux axiomes ou, plus encore une nouvelle axiomatique. La question n’est pas du tout l’anarchie ou l’organisation, pas même le centralisme et la décentralisation, mais celle d’un calcul ou conception des problèmes concernant les ensembles non dénombrables, contre une axiomatique des ensembles dénombrables. Or ce calcul peut avoir ses compositions, ses organisations, même ces centralisations, il ne passe pas par la voie des Etats ni par le processus de l’axiomatique, mais par un devenir des minorités. … On objectera que l’axiomatique dégage elle même la puissance d’un ensemble infini non dénombrable : précisément celle de sa machine de guerre. Il semble pourtant difficile de l’appliquer au « traitement » général des minorités sans déclencher la guerre absolue qu’elle est censée conjurer. … Même l’organisation de la famine multiplie les affamés autant qu’elle les tue. Même l’organisation des camps, où le secteur « socialiste » s’est affreusement distinguée, n’assure pas la solution radicale dont rêve la puissance. L’extermination d’une minorité fait naître encore une minorité de cette minorité. Malgré la constance des massacres, il est relativement difficile de liquider un peuple ou un groupe, même dans le tiers monde, dès que il présente assez de connexions avec des éléments de l’axiomatique.5 A d’autres égards encore, on peut prédire que les problème prochains de économie consistant a reformer du capital en rapport avec des ressources nouvelles (pétrole marin, nodules métalliques, matières alimentaires) n’exigeront pas seulement une redistribution du monde qui mobilisera la machine de guerre mondiale, et en opposera les parties sur les nouveaux objectifs ; on assistera aussi probablement a la formation ou reformation d’ensembles minoritaires, en rapport avec les régions concernées … Mais, si elles sont révolutionnaires c’est parce qu’elle porte un mouvement plus profond qui remet en question l’axiomatique mondiale ». (M.P. p. 589) 
L’anomal se produit toujours par pacte, par alliance, tout comme le loup solitaire ou la baleine blanc de Achab. « Il y a un bloc de devenir indissociable et asymétrique, un bloc d’alliance : les deux « monsieur Klein », le juif et le non-juif, entrent dans un devenir-juif… Une femme à devenir-femme, mais dans un devenir-femme de l’homme tout entier. Un juif devient juif, mais dans un devenir-juif du non-juif. Un devenir minoritaire n’existe que par un médium et un sujet déterritorialisés qui sont comme variable déterritorialisée de la majorité. » La question de l’histoire objectif et la productions des vérités est soulevé par la cinéma de Peter Watkins, tant que par les injonctions de Stenghers et Prigogine qui remet en cause non pas l’histoire, mais les façon d’agir quant on est face a une extermination d’une minorité ou la persécution des (devenirs-) révolutionnaires.
Pour décrire ce qui nous fait face, « … et de III a I6, la corrélat est aussi nécessaire : les Etats modernes du troisième age restaurent bien l’empire le plus absolu, nouvelle « megamachine », quelle que soit la nouveauté ou l’actualité de la forme devenue immanente, en reliant une axiomatique qui fonctionne par asservissement machinique autant que par assujettissement social. Le capitalisme à réveillé l’Urstaat, et lui donne de nouvelles forces7

vers ou on va ?

« Sans doute la situation actuelle est-elle désespérante. On a vu la machine de guerre mondiale se constituer de plus en plus fort, comme dans un récit de science-fiction ; on l’a vue s’assigner comme objectif une paix peut-être plus terrifiante que la mort fasciste ; on l’a vue maintenir ou susciter les plus terribles guerres locales comme ses propres parties ; on l’a vue fixer un nouveau type d’ennemi, qui n’était plus un autre Etat, ni même un autre régime, mais « l’ennemi quelconque » ; on l’a vue dresser ses éléments de contre guérilla, tels qu’elle peut se laisser surprendre une fois, pas deux… Cependant, les conditions mêmes de la machine de guerre d’État ou de Monde, c’est-a-dire le capital constant (ressources et matériel) et le capital variable humain, ne cessent de recréer des possibilités de ripostes inattendues, d’initiatives imprévues qui déterminent des machines mutantes, minoritaires, populaires, révolutionnaires. En témoigne la définition de l’Ennemi quelconque... « multiforme, manouvrier, et omniprésent (…) , d’ordre économique, subversif, politique, moral, etc. » L’innasignable Saboteur matériel ou Déserteur humain aux formes les plus diverses » 8 » (M.P. 525-526)
Les tremblements ‘sous l’empire de l’extrême danger’ sont aussi celle de la terre, que soit notre destinée, un absolu révolu nos vies, et ‘du possible, sinon j’étouffe.’ « … la pire machine de guerre mondiale reconstitue un espace lisse, pour entourer et clôturer la terre. Mais la terre fait valoir ses propres puissances et déterritorialisation, ses lignes de fuite, ses espaces lisses qui vivent et qui creusent leur chemin pour une nouvelle terre. La question n’est pas celle des quantités, mais celle du caractère incommensurable des quantités qui s’affrontent dans les deux sortes de machines de guerre, d’après les deux pôles. Des machine de guerre se constituent contre les appareils qui s’approprient la machine, et qui font de la guerre leur affaire et leur objet : elles font valoir des connexions, face a la grande conjonction des appareils de capture ou de domination. »

Pour la continuité des lieux et luttes :
https://lafonciereantidote.org/

technopolice
https://technopolice.be/
https://technopolice.fr/

Mille plateaux, CAPITALISME ET SCHIZOPHRENIE 2. Deleuze et Guattari. Collection « critique ». Les éditions de minuit. 1980.
La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la Science Isabelle Stenghers et Ilya Prigogine. Gallimard, 1979.
Order Out Of Chaos Man’s new Dialogue with Nature. Isabelle Stenghers et Ilya Prigogine. Verso. 2017.


posté le  par jan  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article