RSS articles
Français  |  Nederlands
Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Ukraine et Palestine : hypocrisie et double langage

posté le 04/03/22 par Yvonne Ridley Mots-clés  antifa  antimilitarisme  antiracisme 

En Écosse, lorsqu’une personne se trouve sur un sol instable ou patine sur une glace trop mince, on dit qu’elle est suspendue à une “cheville de bois”. C’est exactement la situation où Israël s’est retrouvé dans la crise en Ukraine, alors que l’hypocrisie de Tel Aviv et de ses alliés sionistes est exposée aux yeux du monde entier.

Selon eux tous ceux qui suivent – les États-Unis, le Royaume-Uni, l’UE et Israël lui-même – l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine sont sacro-saintes.

Mais pourquoi chacun d’entre eux n’applique-t-il pas le même principe à la Palestine et aux Palestiniens ? Le peuple de cette terre occupée n’a-t-il pas droit à sa propre intégrité territoriale et à sa souveraineté sans devoir subir la réalité des incursions armées quotidiennes de l’État agressivement colonial d’Israël, un pays qui n’a jamais déclaré ses frontières parce que son idéologie sioniste fondatrice exige son expansion constante dans les pays voisins, et pas seulement sur la terre de Palestine ?

Tant que l’ONU et l’OTAN ne mettront pas en place des règles du jeu équitables en matière de droits de l’homme, de souveraineté et de respect des frontières, nous pouvons nous attendre à assister à davantage d’invasions et de vols de terres, les États puissants continuant à agir en toute impunité.

Le vieil adage selon lequel la vérité est la première victime de la guerre se confirme sous nos yeux. Il est difficile de savoir ce qui se passe réellement en Ukraine, Russia Today adoptant une position manifestement pro-Moscou, tandis que la BBC est devenue “full tonto” [a perdu le sens commun], pour reprendre le langage malheureux, plein de testostérone et macho du ministre britannique de la défense, Ben Wallace.

Les sources d’information dignes de confiance sont rares.

Le président russe Vladimir Poutine insiste sur le fait que son armée apporte son soutien aux républiques séparatistes du Donbass et de Lougansk, mais que peut-il dire d’autre, n’est-ce pas ? Pendant ce temps, son homologue américain, Joe Biden, accuse le dirigeant russe d’une invasion à grande échelle, mais que peut-il lui-même dire d’autre ? Avec des appels inconsidérés de toutes parts incitant les autres puissances à mener une action militaire, où cela nous mène-t-il ?

La population de Taïwan doit être très inquiète, au cas où la Chine suivrait l’exemple de la Russie et envahirait l’île, que Pékin considère comme un territoire chinois légitime. Jeudi, des avions de chasse ont pris leur envol parce que des avions chinois se trouvaient dans l’espace aérien taïwanais.

Les Palestiniens sont en droit de se demander pourquoi les dirigeants occidentaux, menés par Biden, imposent des sanctions incapacitantes à Moscou et menacent d’autres mesures de rétorsion si la Russie poursuit son invasion de l’Ukraine, mais ne prennent pas de mesures similaires contre le colonialisme israélien.

Ce sont ces mêmes dirigeants, rappelons-le, qui ferment les yeux sur le vol continu de terres palestiniennes par Israël et sur ses offensives militaires contre les Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée.

Israël est accusé par B’Tselem, Human Rights Watch et Amnesty International de crime d’apartheid en Palestine occupée, de crimes de guerre à Gaza et d’utiliser du phosphore blanc et d’autres armes interdites dans les zones civiles fortement peuplées du territoire assiégé.

En outre, l’État sioniste doit toujours rendre des comptes pour le bombardement du centre de presse de l’Associated Press et d’al-Jazeera à Gaza.

Pourtant, sans une once d’ironie, le gouvernement totalement éhonté de Tel Aviv a annoncé cette semaine que “Israël soutient l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine.”

L’hypocrisie est à couper le souffle…

L’implication d’Israël en Ukraine va au-delà de la simple rhétorique. Le bataillon néo-nazi Azov, qui se trouve en première ligne dans la guerre qui oppose l’Ukraine aux séparatistes pro-russes, est armé jusqu’aux dents avec des armes israéliennes.

Ce bataillon est l’une des nombreuses brigades de volontaires qui combattent aux côtés de l’armée ukrainienne dans l’est du pays, et il a la réputation d’être particulièrement brutal.

Dans les coulisses du pouvoir, certains craignent que si les combats contre les séparatistes prennent fin, la prochaine grande menace pour le gouvernement ukrainien et l’État lui-même sera constituée par les extrémistes d’extrême droite du bataillon Azov. Leurs penchants ouvertement néonazis sont visibles pour tous.

Bon nombre des combattants d’Azov sont antisémites, négationnistes et admirateurs d’Adolf Hitler, mais nous savons déjà qu’Israël est plus tolérant à l’égard des opinions odieuses de ceux qui achètent ses armes que, disons, les promoteurs de la paix et les partisans de la lutte contre la guerre comme l’ancien leader travailliste Jeremy Corbyn en Grande-Bretagne.

L’actuel dirigeant travailliste Sir Keir Starmer mène une chasse aux sorcières contre les membres du parti qui sont pro-palestiniens et anti-israéliens, mais n’a aucun scrupule à soutenir l’Ukraine, les verrues néo-nazies et tout le reste, tout comme son rival belliciste, le Premier ministre Boris Johnson.

Ils ont tous deux adopté des positions pro-Ukraine cette semaine, et pourtant, ils ont non seulement gardé le silence sur le nettoyage ethnique des Palestiniens par le système israélien d’apartheid, mais ont également déclaré leur soutien actif à l’État sioniste.

Quand on voit la complicité de l’Occident dans les désastres humanitaires au Yémen, en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Libye et en Palestine, il n’est pas surprenant que Starmer et Johnson se soient pliés à la ligne de Washington comme les lécheurs de bottes consciencieux qu’ils sont.

Tous les pays musulmans susmentionnés sont victimes de l’agression de l’OTAN, directement ou indirectement, et tous sont victimes de l’impérialisme américain.

Il ne s’agit pas de prendre parti ou de préférer Poutine à Biden ; je ne suis fan d’aucun des deux. Il s’agit de la paix, qui, de là où je me trouve, semble être à des millions de kilomètres de la Maison Blanche et du Kremlin. Il est clair que les États-Unis n’ont pas perdu leur appétit pour la guerre, malgré leur défaite humiliante aux mains des talibans en Afghanistan l’année dernière.

En effet, l’économie américaine se nourrit des conflits dans le monde. Les États-Unis disposent d’environ 750 bases militaires dans 80 pays, et Biden est heureux d’encercler la Russie de bases de l’OTAN et de pays alignés sur l’OTAN.

Poutine s’inquiète de plus en plus de cette situation et a fait connaître ses sentiments. En décembre, le dirigeant russe a entamé des discussions avec les États-Unis pour désamorcer la situation. La réponse de Washington a été d’envoyer un soufflet au visage de Poutine, ce qui est le moyen le moins diplomatique de traiter avec un dirigeant dont l’ego est aussi grand que la Place Rouge. Mais peut-être que Biden en voulait ainsi…

En attendant, les Palestiniens ne peuvent que regarder avec désespoir et se demander ce qu’il faudra pour que l’Occident fasse une pause et considère leurs droits territoriaux et leur souveraineté avec la même compassion que celle dont a bénéficié le peuple ukrainien.

Si, comme l’a déclaré l’ancien Premier ministre Theresa May à Westminster l’autre jour, il est important de tenir tête à la Russie pour “défendre la démocratie”, ce noble principe devrait certainement être appliqué partout, y compris en Palestine occupée par Israël.

Il est hypocrite d’agir autrement.

https://ujfp.org/ukraine-et-palestine-hypocrisie-et-double-langage/


posté le  par Yvonne Ridley  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article