Marche pour le champ des Cailles

posté le 30/01/22 par via FCB
lieu : Champ des cailles
adresse : Av.des Archiducs, Bruxelles
Mots-clés  agriculture  logement / squats / urbanisme  luttes environnementales 

Suite au lancement du marché public pour la construction de 70 logements sur un quart du champ des Cailles à Watermael-Boitsfort.

Marche et animations festives pour :
• préserver le champ des Cailles de toute construction
• promouvoir une politique du logement sans bétonisation des sols
• pérenniser les activités agricoles et citoyennes de la Ferme du Chant des Cailles
• soutenir l’agriculture urbaine et l’alimentation durable pour toutes et tous.

Een reactie op de eerste fase van openbare aanbesteding voor de bouw van 70 woningen op 1/4 van het Kwartelveld in Watermaal-Bosvoorde werd uitgeschreven.

Laten we samenwerken om deze unieke plek te behouden :
• geen gebouwen op het veld ;
• bevordering van een huisvestingsbeleid met respect van het milieu ;
• alle landbouw- en burgeractiviteiten van de Ferme du Chant des Cailles voort te zetten ;
• er bestaan alternatieven om elders te bouwen dan op landbouwgrond ;
• stadslandbouw en duurzaam voedsel voor iedereen promoten.


posté le  par via FCB  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 9 février 2022 08:36, par Karlito

    Ce terrain est destiné à la construction de logements sociaux. Il n’y a que 70 logements de prévu à cause des contestations. Sur 6 ha, il y aurait pu facilement en avoir 200. Et non, aujourd’hui le terrain est approprié par 200 ménages (nombre d’inscrits) bourgeois qui grignotent des carottes bio (nourriture d’appoint). Pendant ce temps, plus de 50 000 ménages sont sur les listes d’attentes des logements sociaux et aujourd’hui payent trop cher pour des logements trop petits et en mauvais état. Camarades, tenez vous loin de mouvement bourgeois réactionnaire !

  • 9 février 2022 08:41, par Geneviève jus de carotte

    Mais le champ des cailles permet de se reconnecter avec la terre, manger sain et soutenir les petits oiseaux. Karlito, tu n’aimes pas le son des petits oiseaux ?

  • 9 février 2022 08:45, par Jean-Hugues Salsifis

    Karlito tu n’es qu’un sale productiviste ! Comment va-t-on nourrir l’humanité selon toi ?! Demain tu nous proposeras du béton dans nos assiettes ?! Sur le champ, on fait de notre mieux, c’est un exemple à reproduire partout ! D’ailleurs tu ne connais pas d’autres terrains ?

  • 9 février 2022 08:54, par Karlito

    Woh Geneviève et Jean-Hugues, vous soûlez là !

    Geneviève, concernant les logements vides, il y en a beaucoup moins que ce qu’on en dit. L’IGEAT est en train de faire une étude qui devrait sortir d’ici une petite année, les premières indications sont déjà en baisse vis-à-vis de ce qui est communiqué partout. Puis tous ces logements ne sont pas disponibles tels quels. Les sociétés de logements sociaux n’ont pas beaucoup d’espace et l’urgence sociale est telle qu’on ne peut pas abandonner ces terrains.

    Jean-Hugues, concernant nourrir l’humanité, aujourd’hui il y a 200 bourges qui mangent quelques carottes bio. Ce n’est pas avec ça que tu nourris ni l’humanité, ni Bruxelles, ni Boitsfort, ni même la cité de logements sociaux avoisinante. D’ailleurs très peu de locataires sociaux sont impliqués dans le projet. Pour manger, je propose qu’on aille voir des vrais agriculteurs, à la campagne, qui ont les moyens de nourrir plus qu’une élite éclairée.

  • 9 février 2022 08:55, par Geneviève jus de carotte

    Et les petits oiseaux Karlito ?! Hein ! Et les petits oiseaux ???

  • 9 février 2022 09:03, par Karlito

    Écoute Geneviève jus de carotte, j’adore surtout le son des rossignols au printemps mais des gens sont vraiment dans la galère, là ! Il y a d’ailleurs les 26 et 27 mars des actions sur le logement (http://www.housing-action-day.be/fr), tu viendras ? Entre les petits oiseaux ou participer à produire des logements sociaux pour les 50 000 familles sur les listes d’attentes, il faut choisir. Les petits oiseaux iront ailleurs, il y a plein d’espaces verts à Boitsfort, ne t’inquiète pas.

  • 9 février 2022 09:08, par Jean-Hugues Salsifis

    OK tu m’as eu je me casse en Drôme, trop marre de Babylone ! Karlito, tu opposes vraiment toujours les gens ! Les riches, les pauvres, les humains, les non-humains, les cowboy, les indiens ! Ta vision est vraiment manichéenne, pourquoi on ne se donne pas juste la main ? Une fois l’humanité pourrait avancer ensemble, dans la différence et l’adversité ! OK je viendrai à la Housing Action Day et je proposerai une incantation du bonheur ! Après vous ne me verrez plus !

  • 9 février 2022 09:09, par Karlito

    Ouais, bon débarras ! Passe le bonjour à Pablito Sevrivi dans son bunker !

  • 9 février 2022 09:16, par Geneviève jus de carotte

    Moi tu m’as convaincu Karlito, je viendrai avec toute ma paroisse à la ribambelle du 27 mars. Merci pour tes éclairages ! La lumière jallis toujours de tes réflexions, tu as prévu de terminer quand ta théorie sur la rente ? Plein de bisous à Friedrich et Jenny !

  • 9 février 2022 09:22, par Karlito

    Merci Geneviève, tu n’es pas comme ce vieux Salsifis coincé dans sa bulle ! Écoute merci, j’y travaille encore mais je pense qu’ici on a la manifestation que l’espace peut aussi être l’objet de la lutte des classes. Aaaaah la lutte des classes, C’EST LA LUUUUUUTEEEEE FINALEEEE, GROUPONS-NOUS ET DEMAAAAAIN !!!!....

  • 9 février 2022 09:28, par Leninito

    Karlito, j’ai une propositions alternative (mais toujours avec du béton tkt !) : On exproprie toutes les parcelles entre les villa de Boitsfort et on construit des tours de logements sociaux. On pourrait en faire des milliers ! Je suis sûr que après ils seront d’accord avec ces 70 pauvres logements rue des cailles.

  • 9 février 2022 09:30, par contre le PS, ses alliés et ses perroquets

    Jusqu’à quand faudra-t-il entendre que l’état du marché locatif bruxellois est à attribuer à une poignée d’habitants (ici des quartiers petits-bourgeois de Watermael-Boitsfort) qui refusent la continuation de la politique de développement urbain qui nous amené à ce point culminant de l’extinction des espèces non-humaines ?

    Est-ce que le mouvement pour le droit au logement et contre la gentrification croit vraiment que ses alliés sont à chercher du côté du PS bruxellois qui gère quand même la région depuis 1989 (avec Ecolo et autres partenaires qui l’accompagnent plus ou moins fidèlement dans ses délires d’expansion) en parfait accord avec BPI, Atenor, Immobel et cie ?

    Qui peut croire que l’augmentation du stock de logement permettra de répondre à l’urgence de 50.000 ménages mal logés plutôt que d’arrondir des bilans d’entreprises spécialisés dans la spéculation immobilière ?
    En attendant dans quel type de logements habitent ces milliers de personnes ? Qui sont leurs propriétaires ? Pourquoi ne sont-ils pas taxés sur ces revenus ? Pourquoi les primes servent-elles à l’isolation, à l’installation de bornes de recharge pour voitures électriques plutôt qu’à rendre salubres les logements existants ? Pourquoi les politiques de réquisition sont-elles écartées par les communes alors que les moyens légaux et administratifs existent ?

    Dans un monde où l’on propose des retours sur investissement intéressants sur les chambres dans les maisons de repos, on verra bientôt des socialistes proposer des instruments financiers pour investir dans le logement social avec des loyers garantis par l’argent public.

    Refusons les raccourcis facile de type "oiseaux contre pauvres" qui ne servent que les aménageurs, leurs relais politiques et leurs amis entrepreneurs.
    Non, il n’y a pas à choisir entre ces deux urgences : ces alternatives infernales n’apportent rien aux mouvements, rien aux locataires sociaux, rien aux espèces animales.
    Il y a à poser correctement les questions politiques plutôt que de mettre en scène la gestion régionale et ses petits arrangements comme s’il s’agissait d’une politique.

  • 9 février 2022 14:10

    https://bx1.be/categories/news/jose-garcia-il-nexiste-pas-de-penurie-de-logement-a-bruxelles/?fbclid=IwAR2sNhohppOfwPeZNVHWbb43Q1kHxypiQQqnGzYmSO671LgDQFQG6knHuno

    Les projets de construction se multiplient dans la capitale mais pour José Garcia, le secrétaire général du syndicat des locataires, il n’existe pas une pénurie de logement dans la capitale. Le problème se situe au niveau de l’accessibilité.

    Actuellement, le loyer moyen à Bruxelles est de 1.000 euros par mois. Or, 50% des Bruxelles gagnent moins de 1.500 euros par mois. Ils sont aujourd’hui plus de 50% à consacrer au moins 40% de leur budget mensuel à leur logement. Et près de 50.000 ménages sont en attente d’un logement social.

    Or, il y a environ 20.000 logements vides dans la capitale dont 5.000 pourraient être loués directement. “On nous dit qu’il y a une crise et une pénurie de logement et on nous fait payer des loyers qui sont trop élevés. La loi de l’offre et de la demande est donc ultra violée. On nous fait croire qu’il est difficile de trouver un logement mais il est surtout difficile de trouver un logement bon marché. Il faudrait aussi que le montant du loyer puisse être revu si des travaux doivent être effectués dans l’appartement en cours de bail.”

    Pour José Garcia, la grille de référence des loyers adoptée par le gouvernement bruxellois va déjà dans le bon sens mais elle devrait être contraignante pour enregistrer une diminution des loyers. Malgré l’offre, la construction de logements sociaux peut se faire pour répondre à la demande immédiate mais à l’avenir, le syndicat souhaite surtout qu’on favorise l’accès à la propriété pour tous. Une de ses solutions serait que la Région reste propriétaire du sol pour que les prix diminuent.

    ■ Interview de José Garcia, secrétaire général du syndicat des locataires par Vanessa Lhuillier

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

le site est archivé