RSS articles
Français  |  Nederlands
Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Fascisme féminin : Les femmes dans le mouvement fasciste britannique 1923-1945

posté le 06/02/22 Mots-clés  antifa  féminisme  histoire / archive 

Review : Julie V. Gottlieb, Feminine Fascism : Women in Britain’s Fascist Movement 1923- 1945, (London and New York : I.B. Tauris, 2000).

(trad à l’arrache)

Le fascisme britannique cherchait à ramener les femmes à un "esclavage de cuisine", selon la principale théoricienne communiste, Rajani Palme Dutt. Le livre de Julie Gottlieb, bien documenté et clairement écrit, suggère que ce n’était pas nécessairement le cas. Bien qu’Oswald Mosley ait suggéré que "nous voulons des hommes qui soient des hommes et des femmes qui soient des femmes", le soutien que la British Union of Fascists (BUF) et d’autres sectes fascistes du Royaume-Uni recevaient des femmes garantissait que ces organisations devaient permettre aux fascistes féminines de jouer un rôle actif. En effet, Gottlieb va plus loin en affirmant que le soutien des femmes a donné lieu, sinon à un fascisme féminin, du moins à un fascisme féminisé qui a rendu l’expérience britannique différente de celle des formes européennes de l’idéologie. Une question que Gottlieb n’aborde pas est celle de la taille du mouvement fasciste en Grande-Bretagne. À son apogée, le BUF comptait environ 40 000 membres. Il n’a jamais élu un seul membre du parlement et son meilleur résultat a été d’obtenir environ vingt-cinq pour cent des voix dans un nombre limité de circonscriptions de l’est de Londres, son principal foyer. Les petits partis, même lorsqu’ils sont dirigés par des dictateurs en puissance, doivent tenir compte des désirs de leurs membres, ou les perdre. Avec un quart de ses membres étant des femmes, le BUF n’avait guère d’autre choix que de s’adapter aux aspirations de celles qui portaient des blouses noires plutôt que des chemises noires.

Dans le chapitre 1, Gottlieb examine l’expérience des femmes au sein des Fascistes Britanniques, formés en 1923 en tant qu’organisation antisocialiste et patriotique, célébrant la victoire de Mussolini en Italie dans son choix de nom, mais revendiquant des origines autochtones. Fait unique parmi les mouvements fascistes de l’entre-deux-guerres, il a été fondé et dirigé par une femme, Rotha Lintorn-Oman. Dans l’atmosphère hostile des années 1920, Lintorn-Oman est facilement cataloguée comme une vieille fille grincheuse, et les allégations d’immoralité contribuent à limiter la taille du BF, qui ne compte jamais plus de quelques centaines de membres.

Le chapitre 2 fait avancer l’analyse vers le rôle des femmes membres du groupe fasciste le plus important de l’entre-deux-guerres, le BUF. Les femmes sont subordonnées aux hommes à bien des égards au sein du BUF. Elles entreprennent les formes habituelles d’activité politique ouvertes aux femmes, telles que le démarchage et la collecte de fonds. Mais elles s’adonnaient également à toute la gamme d’activisme des fascistes masculins. Par exemple, les fascistes féminines étaient formées au ju jitsu et faisaient office de stewards lors des réunions, talonnant les antifascistes féminines. Il est suggéré dans ce chapitre que le rôle des femmes, en tant que fascistes actives s’engageant dans tous les actes que cela implique, a contribué à la croissance limitée du fascisme au Royaume-Uni. Le paradoxe est que "l’idéologie du fascisme féminin", explorée par Gottlieb au chapitre 3, célébrait l’activisme des femmes. Ici, pour la première fois, le contexte des femmes dans un mouvement "naissant", essentiel pour la croissance d’une fleur très faible, est discuté. La théologie du genre du BUF était un ramassis d’idées. Elle célébrait les femmes en tant que "publicistes ... tentatrices ... et vendeuses de fascisme" à un marché qui appréhendait le machisme du BUF, mais aussi le rôle de la mère fasciste au sein du foyer. Ces contradictions étaient complétées par le désir du BUF de régénérer la virilité. Gottlieb suggère que ce message mixte a encore limité la croissance numérique du fascisme.Dans ce même chapitre, le rôle des femmes fascistes en tant qu’antisémites est utilement exploré, en mettant l’accent sur la féminisation de la haine par la direction de l’hostilité aux stéréotypes des Juifs qui exploitent, oppriment et abusent des femmes "britanniques" dans une variété de travail et de rencontres sexuelles. Cependant, le chapitre conclut que le fascisme féminin était décidément faible : il se basait sur des maletermes (fascistes) et les femmes fascistes étaient, en fait, des fascistes d’abord et des femmes seulement de loin après.

Le chapitre 4 est consacré à l’examen de l’héritage du militantisme des suffragettes sur le fascisme britannique. Il décrit la trajectoire de trois suffragettes-fascistes de premier plan.Les suffragettes ont adhéré à tous les partis et à aucun après 19 18 et Gottlieb laisse le lecteur dans l’incertitude quant à savoir si ces suffragettes étaient typiques ou déviantes par leur adhésion au fascisme britannique.

Le chapitre 5 se concentre sur le rôle et les attitudes d’Oswald Mosley. C’est le chapitre le moins satisfaisant. La comparaison des attitudes de Mosley, Hitler et Mussolini repose sur l’hypothèse qu’ils étaient égaux ou équivalents, mais Mosley était fondamentalement le leader raté d’un mouvement politique raté. En outre, dans ce chapitre (p. 205), Gottlieb décide de citer Bono de U2 comme une autorité, non pas sur les années 1930, mais sur le fascisme de la fin du vingtième siècle. Un tel procédé serait mal vu dans un essai de premier cycle. Le chapitre s’achève sur la condamnation par A.K. Chesterton des chefs de parti traditionnels, "Mme Baldwin", avec sa pipe, "Mme MacDonald", qui "parle éternellement sans dire un mot", et Eden avec son "cerveau de flambeur". David Jarvis et d’autres ont expliqué la manière dont les conservateurs ont réussi à domestiquer leur politique après la Grande Guerre, en tenant compte de l’importance de l’électorat féminin. Les discussions au coin du feu de Baldwin sur la radio ont fait entrer le conservatisme dans les foyers. Étant donné que les conservateurs ont remporté cinq des sept élections de l’entre-deux-guerres, et qu’ils ont même obtenu plus de voix que le parti vainqueur lors des deux élections qu’ils ont perdues, on peut considérer qu’il s’agit d’une stratégie très efficace. Cela correspond également à l’argument d’Alison Light dans Forever England (1991) selon lequel les idées d’identité nationale et de patriotisme ont été féminisées et domestiquées à la suite de la Grande Guerre. En ce sens, l’échec du fascisme britannique peut être considéré comme provenant en partie de son incapacité à accepter la privatisation de la politique.

Le dernier chapitre du livre repose sur des bases beaucoup plus solides. L’État britannique, au moins, a pris certaines femmes fascistes au sérieux. Près d’une centaine de femmes membres du BUF ont été internées pour des périodes variables lorsque la guerre mondiale a éclaté. En outre, de nombreuses femmes fascistes ont été poursuivies pour des déclarations et de l’agitation anti-guerre. Dans de nombreux cas, il s’agissait d’une punition pour déloyauté potentielle plutôt que pour pacifisme, bien que dans d’autres cas, l’internement était dû à cet oxymoron, le renseignement d’État, ce qui entraînait des injustices. En prison, il semble que l’idolâtrie de Mosley ait servi de substitut à l’activité fasciste : les femmes fascistes d’Holloway ont organisé un thé dansant pour le 44e anniversaire d’OM en 1940. À l’extérieur de la prison, d’autres fascistes ont utilisé les efforts de charité pour les prisonniers comme substitut à l’activité politique. À ce stade, le rôle de soutien des femmes fascistes aux détenus, principalement des hommes, est confirmé. Les femmes fascistes militantes collectent des articles de confort pour les troupes fascistes.

Dans sa conclusion, Gottlieb affirme à juste titre que les femmes fascistes étaient des "agents historiques autonomes". Mosley est d’accord lorsqu’il déclare que "sans les femmes, je n’aurais pas pu faire le quart du chemin" (267). Mais bien sûr, il n’est pas allé très loin. À la fin des années 1930, le parti travailliste comptait des centaines de milliers de femmes parmi ses membres et le parti conservateur en comptait plus d’un million. Une discussion sur l’échec des fascistes par rapport au succès des autres partis aurait pu être nécessaire dans la conclusion. Cela aurait été plus approprié d’un point de vue historique que la tentative de relier les Spice Girls et Camille Paglia à la tradition de l’activisme féminin que Gottlieb explore dans le reste du livre.

Mais ce n’est pas la fin de ce livre. Il se poursuit par un très utile "Who’s who de l’histoire des femmes et du fascisme en Grande-Bretagne". Il s’agit de nous donner un aperçu des activités quotidiennes des femmes (et des hommes) fascistes. Ainsi, Mme LTCotton, membre du BUF et internée pendant la guerre, est décrite comme assistant à une réunion fasciste organisée par son mari à Branscombe, dans le Devon. En réponse à l’accueil brutal réservé à son mari, Mme Cotton "a frappé au visage un membre de l’assistance". Le "Who’s who" révèle également la variété des idées au sein du fascisme. Mme Dudley Ward, antisémite et amie des animaux, a publié un livre condamnant les deux, intitulé Jewish Kosher (1944). Des détails sont également fournis sur l’énorme variété d’activités auxquelles les femmes fascistes ont pris part, de l’organisation d’Etes fascistes à la gestion de succursales, en passant par les campagnes d’autocollants, la coupure de câbles téléphoniques et la séduction de marins pour des raisons d’espionnage en temps de guerre. Cette section décrit environ 260 femmes et 30 hommes, ce qui constitue un exploit notable et ajoute généralement à l’utilité de ce livre aux recherches impressionnantes et à la structure claire. Gottlieb propose une interprétation originale et apporte une contribution significative à l’historiographie existante sur le fascisme britannique.

Paul Ward
University of Huddersfield, UK.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00992324/


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article