RSS articles
Français  |  Nederlands
Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Des rives spectaculaires de la Gauche

posté le 30/11/21 par stg Mots-clés  réflexion / analyse 

« Il fut un temps où les grandes idéologies portaient en leur sein une vision et un projet de société. Ce que faire société veut dire, et quel rapport cette société établit au monde, l’individu à la société, l’individu au monde. À la fin de la deuxième guerre avec la mise en place du plan Marshall, la société de consommation se développe et peu à peu amène à un nouveau type anthropologique. Face au rideau de fer, l’Occident joue la carte d’un modèle économique à l’opposé du communisme d’État, où le rapport marchand prend peu à peu la place dans tous les champs de la vie sociale et intime. Où l’individu – tout en étant producteur de valeur – est consommateur de valeur, et devient lui-même marchandise.

Il flotte dans un monde où il devient un actant au sein du système économique (l’exploitation salariale y étant promue comme moyen d’atteindre l’autonomie), et où son identité et son rapport au monde sont in fine des produits du système capitaliste. Il a ses rites, ses pratiques rituelles, sa mythologie, et son rapport au monde est profondément marqué par l’environnement artificiel construit par la Civilisation. »

« Nous avons longtemps vogué le long des rivages de la gauche radicale. Elle porte une mémoire qu’elle n’honore pas, sinon à la manière des politiciens qui nomment des rues et commémorent des guerres qu’ils ne comprennent pas. La gauche n’a plus de perspective d’avenir depuis longtemps. Elle se contente surtout d’un folklore et d’un mode de vie la plaçant à la marge. Marge où elle existe, précaire, répétitive, à espérer un paradis en chrétienne dont le Dieu est mort. »

Texte complet :


posté le  par stg  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
des_rives_specta(...).pdf