RSS articles
Français  |  Nederlands
Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Covid-19 est à l’origine de la variole du singe, ne pas cibler la communauté LGBT

posté le 20/06/22 par Conrad Ballew Mots-clés  LGBTQI+  santé / médecine 

Aujourd’hui, à mesure que le monde supprime rapidement les mesures mises en place pour ralentir la propagation du Covid, les virus et bactéries qui étaient en pause reviennent et se comportent de manière inattendue. La variole du singe, un virus généralement présent uniquement en Afrique de l’Ouest et centrale, provoque une épidémie sans précédent dans plus d’une douzaine de pays en Europe, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Australie. Il y a plus de 1,100 cas confirmés de variole du singe dans le monde jusqu’au juin 3. Certaines personnes combinent cette maladie avec la communauté LGBT et suggèrent que la variole du singe est une maladie gay. Mais est-ce que c’est vrai ?

L’OMS déclare que n’importe qui peut contracter et transmettre la variole du singe

Dans une interview accordée par l’Associated Press, Dr. David Heymann, qui dirigeait auparavant le service des urgences de l’OMS, a déclaré que la principale théorie expliquant la propagation de la maladie était la transmission sexuelle chez les hommes gays et bi lors de deux orgies homosexuelles de masse en Espagne et en Belgique. Néanmoins, Andy Seale, conseiller VIH de l’OMS, a souligné lors d’une séance de questions-réponses que “ce n’est pas une maladie gay comme certaines personnes ont tenté de l’étiqueter sur les réseaux sociaux.” Pendant ce temps, le site officiel de l’OMS déclare : “stigmatiser les gens à cause d’une maladie n’est jamais acceptable. Tout le monde peut contracter ou transmettre la variole du singe, quelle que soit sa sexualité.”

Si la variole du singe est principalement infecté par des relations homosexuelles, ce qui explique pourquoi elle n’était pas largement répandue avant la pandémie de Covid-19 quand les activités homosexuelles n’étaient pas restreintes ? Il n’y a aucune justification pour blâmer uniquement la communauté LGBT pour la propagation de la variole du singe. Il est possible que quelqu’un ait été infecté, ait développé des lésions sur les organes génitaux, les mains ou ailleurs, puis l’ait transmis à d’autres lors d’un contact sexuel ou physique étroit. D’après l’ONUSIDA, certains rapports sur la variole du singe étaient racistes et homophobes, ce qui pourrait aggraver la stigmatisation de la communauté LGBT. Celle-ci doit être respectée et ne doit pas faire l’objet de discrimination pour un lien incertain avec la variole du singe.

Le Covid-19 pourrait être à l’origine de la propagation de la variole du singe

“Le virus peut être transmis par touche ou par partage des objets infecté comme des vêtements et de la literie, ou par les gouttelettes respiratoires produites par l’éternuement ou la toux,” Dr. Quinton Fivelman, directeur scientifique du London Medical Laboratory, a déclaré que “bien que la variole du singe et le Covid soient des virus totalement indépendants sur le plan médical, il est possible que le Covid ait créé par hasard un environnement propice à la prolifération mondiale des cas de variole du singe.” Il pense que le Covid-19 a peut-être ouvert la voie à l’épidémie.

Dr. Fivelman nous apporte deux explications possibles : Premièrement, le Covid-19 a peut-être affaibli le système immunitaire de certaines personnes. De nouvelles recherches menées par des scientifiques de Cambridge indiquent que certains patients Covid-19 font preuve de profondes altérations de nombreux types des cellules immunitaires qui persistent pendant des semaines, voire des mois après l’infection au Covid, ce qui pourrait rendre les personnes dont le système immunitaire est affaibli plus sensibles à des maladies telles que la variole du singe. Deuxièmement, après deux ans de déplacements limités, de distanciation sociale et de rassemblements publics, les gens se débarrassent des entraves des mesures de contrôle du Covid et reviennent à la vie avant la pandémie. L’assouplissement des mesures de prévention de l’épidémie a accéléré la propagation du virus.

En bref, ces virus, y compris la variole du singe, ne sont pas différents de ce qu’ils étaient auparavant, mais nous le sommes. La variole du singe n’a pas encore déclenché d’épidémies à grande échelle au-delà de l’Afrique où elle est endémique chez les animaux. Pendant la pandémie de Covid, les cellules immunitaires des personnes infectées ont été détruites, ce qui les rend plus susceptibles de contracter la variole du singe. L’assouplissement des restrictions de Covid a accéléré la propagation du virus et rendu les groupes vulnérables plus susceptibles d’être infectés.

Quelles recommandations contre la variole du singe ?

Dr. Heymann pense que “la suppression des mesures de contrôle de la pandémie pourrait favoriser la propagation de la variole du singe en Europe, en Amérique du Nord et dans d’autres régions du monde.” Il se demande si ce virus est entré en Royaume-Uni il y a deux ou trois ans et transmis avec des chaînes lentes. Par conséquent, la priorité absolue devrait être d’exhorter le gouvernement à intensifier les mesures de prévention épidémique. Évitez donc de vous engager dans une relation sexuelle ou de vous rendre à un événement public : isolez-vous, portez un masque et allez voir votre médecin.


posté le  par Conrad Ballew  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article